[Le Journal du Gers] La foire XXL du matériel agricole

Publié le 02 février 2019 à 00h34 par Jean-Bernard WIOROWSKI

En presque 50 ans, elle est devenue un événement incontournable

Elle devrait encore enregistrer plus de 8 millions d’euros de transactions sur 3 jours.

Du 8 au 10 février se tiendra donc la 46ème foire agricole de Barcelonne-du-Gers. Y sont attendus au moins 100.000 visiteurs et plus de 500 exposants.

Lorsqu’elle fut créée en 1974, les organisateurs de cette foire rurale ne soupçonnaient peut-être pas qu’un demi-siècle plus tard, elle connaîtrait un tel succès. Pour sa première édition, elle n’avait accueilli qu’une douzaine d’exposants. Mais des milliers de visiteurs s’y sont très vite bousculés. Ils étaient déjà 25.000 à l’aube des années 80. Et 120.000 en 2015.

Autant dire qu’il y a du pain sur la planche pour le comité de jeunes agriculteurs du canton de Riscle (et alentours) et pour leur nouveau président Cédric Berdoulet, qui préparent aujourd’hui la manifestation plusieurs mois à l’avance. L’équipe, au départ composée d’une quinzaine de jeunes, en compte désormais une soixantaine.

Cette année encore, elle accueillera le public (entrée gratuite) et les professionnels sur 4 hectares, autour de matériel agricole mais aussi de 300 voitures d’occasion et d’un espace dédié à l’exposition et la vente de bovins de races aquitaines (dans les locaux de Vivadour). L’an dernier, la foire avait d’ailleurs hébergé le concours national de la race bazadaise, dans le cadre duquel avaient concouru environ 100 animaux.

Un grand débat et des animations.

Un certain nombre d’animations sont déjà annoncées pour ce cru 2019, à commencer par le traditionnel débat d’ouverture, cette fois-ci sur le thème de « la culture du maïs, ses débouchés et son avenir ». Ce débat, souvent animé, avait traité l’an dernier de « la bataille de l’eau ».

Quant à la traditionnelle démonstration de course landaise, elle est d’ores et déjà programmée le dimanche 10 à 15h (avec la Ganaderia Dussau). Et puis, pendant ces 3 jours, on retrouvera l’exposition de vieux matériels sous le hangar Vivadour, ainsi que, en ville, les traditionnels circuits camelots, le long desquels on attend plusieurs centaines d’exposants. Car le rendez-vous se veut non seulement celui des professionnels, mais aussi celui de leurs familles, un moment convivial et une belle « occasion de se réunir ». D’ici l’événement, d’autres animations et surprises devraient petit à petit être dévoilés par le comité de la foire.

Côté restauration, le traiteur Alain Tarbe et la coopérative viticole Plaimont proposeront, chaque midi à la salle des fêtes, d’appétissants menus à 16 €. Nous sommes dans le Gers, où tous les repas comptent. C’est d’ailleurs l’un des nombreux exemples de retombées associées à cette foire, devenue un maillon essentiel de l’économie locale et dont les jeunes organisateurs nous rappellent que « le temps de travail fourni lors de la révision et de la préparation du matériel exposé représente en cumul 30 emplois à plein temps ». CQFD. Et bravo à eux.

Le journal du Gers